AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez | .
 

 Jeren Rezno - Animal parmi les humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nom(s) : Rezno Aixeta
Prénom(s) : Jeren
Âge : 22 ans, le 22/01
Sexualité : L'humain avant l'aspect

Capacité spéciale : Empathie
Don : Métamorphe Griffon
Arme(s) : Hallebarde

Profession : Apprentis de la Confrérie Blanche

Nom du compagnon : Wyrd
Race du compagnon : Chiro-gobelin
Don du compagnon : Estomac dimensionnel
Date d'inscription : 07/07/2014
Messages : 22
© Copyrights : Moi-même
Graphiste : Idem
Sexe : Féminin
Age : 25

MessageSujet: Jeren Rezno - Animal parmi les humains   Dim 20 Juil - 14:24


★ Rezno Jeren ★


▬ Noms : Rezno (paternel) (maternel : Aixeta. Ca veut dire robinet en Catalan, on comprend pourquoi il ne le porte pas.)
▬ Prénom(s) : Jeren
▬ Âge : 22 ans (22/01)
▬ Sexualité : ♂
▬ Orientation : S'intéresse aux personnalités et non à l'aspect.
▬ Originaire de Pologne, Wroclaw.

Code:
Jeren (by zugartdose  on tumblr) ▬ Jeren Rezno


▬ Date et heure du décès : le 22/01 à 22H11
▬ "Cause" du décès : Torture et séquestration.
▬ Capacité spéciale : Empathie : Prédisposition à percevoir les émotions et l'état mental de toute personne aux alentours lorsque celles-ci ne sont pas dans leur état habituel. Cela peut aussi fonctionner en sens inverse.
▬ Don : Métamorphe Griffon : Capacité à changer intégralement ou partiellement sa forme en celle d'un Griffon. Bien qu'il ait réussit à maitriser son don, sous la force de certaines émotions il est possible de voir des changements se faire spontanément sur son corps.
▬ Arme : Hallebarde : Arme se situant entre la lance et la hache. Elle mesure 2 mètres 75 du manche jusqu'au bout de sa pointe. Jeren l'utilise peu, y préférant ses griffes.
▬ Camarade :
▬ Lieu de vie : Nirally
▬ Profession : Apprentis de la Confrérie Blanche

▬ Thème :
Code:
[b]Empathie[/b] ▬ Jeren Rezno
Code:
 [b]Métamorphe Griffon[/b] ▬ Jeren Rezno
Code:
[url= http://img11.hostingpics.net/pics/216289Hallebarde.png]Hallebarde[/url] ▬ Jeren Rezno


★ Wyrd ★
"Ne mange pas ça !"


Cette créature ronde, tellement vilaine qu'elle en serait presque mignonne, comparable à un ballon de baudruche semble se situer quelque part entre un dragon et un crapaud. Le dessus de son corps, recouvert d'écailles est plutôt dur et rugueux tandis que son ventre, lui, est tendre et doux. Ses pattes sont ridiculement courtes et permettent à peine de traîner un corps qui semble plus disposé à rouler. Il est capable de voler, ça surprend toujours au début vu la surface des ailes mais cette chose est effectivement apte à décoller.

Il est difficile d'expliquer comment ces deux là trouvent leur compte dans leur amitié. C'est vrai qu'au premier abord Wyrd ne semble suivre Jeren que pour profiter de la nourriture. Mais étant capable d'avaler n'importe quoi, il n'a pas vraiment besoin qu'on lui tende des aliments normaux. C'est en réalité très tacite comme relation, aucun des deux ne communiquant par la parole ils se prouvent surtout leur estime par des actes. Il n'y a que dans les moments d'action que l'on comprend vraiment ce qu'ils font ensemble.

Si il le pouvait, Wyrd mangerait tout le temps, non pas parce qu'il a faim, mais parce qu'il adore engloutir tout ce qu'il trouve. Plutôt que d'avoir des sucs très acides pour tout digérer, son estomac est en réalité sans fond. Et tout ce qu'il avale il finit par le recracher tel que lorsqu'il l'a trouvé. Que ce soit des objets, denrées périssables, êtres vivants, peu importe leur taille, il peut absolument tout gober. C'est très pratique pour Jeren lorsqu'il doit transporter des objets lourds ou volumineux. Il confie tout à son compagnon. Le reste du temps il doit surveiller qu'il ne mange pas n'importe quoi.

Code:
[b]Wyrd[/b],(by zugartdose  on tumblr)  ▬ [i] Jeren Rezno[/i]
[b]Estomac dimensionnel[/b], Wyrd ▬ [i] Jeren Rezno[/i]




★ Physique ★
Why am I in this body ?

Dans sa nouvelle enveloppe haute d'un mètre 82 et d'une masse de 76 kilogrammes, Jeren a une corpulence et une musculature que l'on pourrait qualifier d'Apollon. Ou du moins cela n'est que son avis personnel, il n'est pas un steak bien que sa constitution dessine de jolies formes. Le haut de son corps reste mieux bâtit que le bas.

L'individu possède un épiderme légèrement hâlée, en tout cas un peu plus que la moyenne des habitants de la ville et est en plusieurs endroits parsemé de cicatrices, vestiges de sa vie antérieure, ainsi qu'un tatouage représentant une fleur de lys bleue en haut de son dos. Ses poignets et ses chevilles portent les marques de sa captivité, de larges stigmates laissées par des cordes, d'autres traces de la sorte aux côtes et dans le dos mais ne témoignant pas des mêmes traitements. Lorsqu'on les lui fait remarquer, c'est comme si la douleur de ses plaies ouvertes refaisaient surface. Alors il s'efforce de dissimuler ces douloureux souvenirs, le seul restant visible est la coupure lui traversant le visage.

Son visage d'ailleurs, celui-ci est de forme allongée semblant être gravé d'une expression éternellement froide et sérieuse, ne souriant plus qu'en de très rares occasions. On notera des yeux étroits, aux iris bleues comme la glace et ses paupières marquées par des cernes rougeoyantes. Un nez de longueur moyenne, à la pointe marquée, la voûte lisse et étendue. Une crinière châtain toujours sauvagement ébouriffée vers l'arrière, l'autre partie lui voilant la moitié de la face, tombant au niveau de l'épaule gauche, une mèche est ornée de quelques plumes grises.
Vestimentairement sa tenue est loin des standards de mode qu'il a connu, plus "chevalresque" et dans des colories bleues et grises, avec quelques éléments d'armure légère. Un gantelet au bras droit, une grève à la jambe du même côté ;  le tout fournit avec un lot de tassettes à sa ceinture. À son épaule gauche est attachée une cape sur laquelle figure un emblème représentant une tête de griffon non présente par hasard. Parmi ses nombreux accessoires on peut lister un tissu orange à moitié déchiré attaché à son bras gauche, ainsi qu'un total de 4 ceintures à sa taille. Non pas qu'il ait peur de perdre son jean, une seule suffit à le maintenir, les autre sont là pour lui donner des poches supplémentaires, porter ses tassettes, faire "joli".

• En combat ou en chasse : C'est là que Jeren change son apparence. Son arme ne lui sert que très peu à frapper, et il lui préfère ses longues serres. Alors son apparence change et ses avants bras deviennent ses puissantes pattes grises couvertes d'écailles sur le dessus et dont les griffes mesurent minimum 12 cm. Les cheveux à l'arrière de son crâne sont alors parsemés des plumes de sa "couronne" : grises et bleues à leur bout. Ses larges ailes sont souvent déployées dans ces moments, déchirant ses vêtements la plupart du temps. Déployées, leur forme est relativement rectangulaire, plutôt conçues pour un vol battu que pour permettre de planer pendant des heures.

Griffon : Haut de 1 mètre 40 au garrot et d'une envergure  de 5 mètres il devient une magnifique bête avec un buste d'aigle harpie et un arrière train de puma. Une magnifique couronne de plumes érectiles se dresse sur le haut de sa tête, plus ou moins dressée selon ses humeurs, chacune de ses plumes est à son bout tachée de bleu. Le reste du plumage est dans un camaïeu de gris, dense et doux au toucher. Sur la moitié félidée la fourrure est plus courte, terne et d'aspect grasse.





★ Caractère ★
I can't control my feelings.



Un individu bien étrange que ce Jeren, pour qui les mœurs de la vie en société semblent être devenues une option. Au premier abord on pourrait dire de lui qu'il est une sorte de sauvageon méfiant, ayant oublié qu'il est humain. Mais détrompez-vous il ne fait pas exprès de ne pas vous adresser la parole, il ne fait pas exprès d'avoir peur des contacts physiques. Pour le peu que vous soyez un minimum perspicace, vous comprendrez que le mal qui le ronge est profond. Que c'est en réalité un sensible et gentil garçon qui n'a juste pas eu de chance.

Si il vit seul, et hors de la ville, c'est parce que sa capacité à ressentir et diffuser ses émotions lui pèse énormément lorsque celles-ci sont trop nombreuses, lorsqu'il y a trop de monde autour de lui. Sa propre mélancolie étant déjà assez dure à supporter, l'idée de la transmettre à d'autres ne lui plait pas tellement. Ainsi si vous l'abordez dans un de ses mauvais jours, il tentera de s'enfuir à chaque instant où votre regard se portera sur quelque chose d'autre. Et si vous vous intéressez à lui, ce sera pire parce qu'à ce moment son chagrin pourrait devenir le votre. C'est pour cela qu'il semble distant, n'est pas très loquace –quoique pour ça, il peut difficilement faire mieux- et pourtant son capital sympathie n'est pas aussi limité que ça du moment qu'on ne cherche pas à lui nuire. En quel cas il devient irritable et rapidement dangereux.

Le jeune homme aime se tirer de sa fainéantise et se rendre serviable aux autres malgré une maladresse flagrante qui entache toute sa bonne volonté. Travailler l'aide à oublier ses problèmes pour se soucier d'autre chose, notamment lorsqu'il remplit des missions en équipe, il prend un soin particulier quant à la sécurité des membres de son groupe.
On notera aussi qu'il aime les enfants et est d'ailleurs très doué comme baby-sitter.




★ Histoire ★
Courage doesn't always roar.


Autant vous prévenir d'avance, ce n'est pas un background très réjouissant que Jeren traine derrière lui. Si Uxynael lui a offert une nouvelle destinée, sa vie antérieure ne cesse de le hanter, au point d'être devenue une obsession. Revenir en arrière, rentrer chez lui… Pour comprendre le vœu de Jeren, pour comprendre ce qu'il est, son mutisme, son désespoir, ses cicatrices, tout devient clair aussitôt que l'on en sait plus sur lui.

Partie I:
Tout commença en Pologne, dans la magnifique ville de Wroclaw, où Jeren est né une nuit de Janvier et là où il a toujours vécu. Tout comme son père, Cezary Rezno. Sa mère, Nieves Aixeta, elle est d'origine Espagnole et avait fait le sacrifice de s'éloigner de sa famille pour fonder la sienne dans un pays où l'économie était moins bancale.
Ainsi il a grandi dans un milieu moyen, stable, où il n'a jamais manqué de rien. Il était un enfant sage, studieux un grand frère exemplaire, l'aîné d'une fratrie de quatre. Un autre garçon et deux filles, des jumelles étaient venus compléter cette famille sans histoire. L'époque de sa vie où tout allait pour le mieux dans l'insouciance de l'enfance.
"Jen", c'est ainsi que sa mère le surnommait, était très proche de son père. Grand supporter de leur équipe de football nationale, il le prenait très souvent avec lui pour l'emmener voir les matchs. Le gamin n'était pas aussi dingue de la discipline que son père mais appréciait de passer des moments privilégiés entre hommes avec son paternel.
Jusqu'à ce jour tragique où à la sortie du stade ils furent pris au milieu d'un affrontement entre groupes hooligans. Jeren avait 17 ans à l'époque, son père est décédé sous les coups, lui a passé plusieurs mois dans le coma après un choc grave au front.
A son réveil l'adolescent eut une rééducation motrice rapide et sans problème, quant à ses fonctions cérébrales, il en fut toute autre chose. Il était devenu incapable de parler, ou du moins lorsqu'il tentait de s'exprimer cela ressemblait plutôt aux premiers balbutiements d'un enfant en bas âge. Il fut alors déclaré "Aphasique globale", sans pronostic de rétablissement.


Le verdict était dur à encaisser, il n'avait d'ailleurs jamais poursuivit ses études après cela. Mais le bonheur de sa mère, de ses frère et sœurs que de le voir de retour lui donnait la force d'aller de l'avant. Lukasz, Alicja et Felicja âgés respectivement de 8 et 5 ans avaient eux-mêmes entrepris de faire la rééducation orthophonique de leur frère tous les soirs après l'école. Les méthodes, des cartes avec un dessin et le mot –parfois mal orthographié– faites à la main, étaient de leur âge et peu adaptées à un jeune adulte ; mais cela avait permis à leur ainé de réapprendre à prononcer des mots basiques. Il ne parvenait en revanche toujours pas à articuler des phrases construites.
Pour assurer des revenus toujours positif, leur mère avait dû cumuler un deuxième emploi et n'étais plus aussi présente.
Jeren, qui ne parvenait de toute façon pas à décrocher un job pour aider à cause de sa pathologie, la remplaçait donc dans un rôle de père au foyer. Cette période l'avait énormément rapproché de ses cadets. Au même moment et depuis qu'il venait de sortir de son coma, des rêves, non exceptionnels mais étrangement répétitifs et sans intérêt commencèrent à se manifester… Il était question d'un autre monde, un monde de contes de fée. Et il était déjà trop vieux pour cela.
Dans les années qui suivirent, le manque d'activité avait progressivement détérioré la situation du jeune homme. Il trainait la rue, se battait fréquemment lorsqu'on l'insultait gratuitement. En dehors de son foyer il avait finit par développer un mutisme sélectif, les regards lourds pleins de jugement le rendaient nerveux. Il ne faisait pas exprès de ne pouvoir parler, il faisait de son mieux pour communiquer avec un carnet remplit de phrases préconçues. Tous ses efforts ne semblaient pourtant pas porter leurs fruits et il était sans cesse considéré comme handicapé.


A 21 ans lors d'une soirée de fin d'été où il sirotait depuis plusieurs heures un soda déjà chaud assis sur un banc au bord du fleuve Odra ; il aperçu, errant sur la rive  une petite fille d'environ 9 ans qu'il reconnu. Elle était de son quartier et était porté disparue depuis 2 jours. Sa famille avait bien affiché et distribué sa photo un peu partout, sans succès. Ne voulant rester passif face à la situation, Jeren s'était lancé à sa rencontre, la saluant verbalement puis communiquait avec elle par écrit. Il dut bien la poursuivre une ou deux fois pour qu'elle continue de lui confier les raisons de sa fugue, quand finalement au prix de plusieurs heures de négociations et son carnet saturé d'écrits, il parvint à la reconduire à sa famille. Au départ il fut félicité, remercié d'avoir réagit à la condition de la gamine.
Cet évènement lui avait redonné de l'espoir, sa bonne action, il espérait qu'elle puisse l'aider à se faire accepter et tant que personne "valide" et normale. Mais la suite fut bien différente, marquant le début d'une rapide descente aux enfers… Quelques jours plus tard la suspicion collective et la rumeur eurent raison de sa bonne foi. On l'accusa alors d'acte de pédophilie.
Calomnies faciles envers une personne incapable de prendre sa propre défense… Une plainte fut déposée, Jeren arrêté. L'affaire dura quelques mois, mais au final, le témoignage de la petite fille, ainsi que son carnet avaient suffis à l'innocenter. La méfiance, elle, ne disparu jamais.


Le 15 Janvier, en chemin pour aller chercher ses sœurs à leur école, Jeren se rendit compte qu'il était suivit par deux jeunes, deux gars auxquels il avait déjà cassé la figure par le passé. Prenant un détour par une ruelle étroite il s'arrêta pour leur faire face, prêt à recommencer si des insultes à son encontre venaient à fuser de nouveau. Les mains dans la poche ventrale de son sweat, il attendit qu'ils arrivent à sa hauteur pour en sortir ses poings serrés à s'en blanchir les jointures. L'un des deux type ricanait et il fut soudainement assommé par un grand coup dans le dos. Le son de la batte en fer, la vibration dans sa colonne vertébrale, cela résonnait tel un écho dans sa tête lorsqu'il sombra.



Quand il revint à lui, Jeren était allongé sur une surface dure, une table en bois, chevilles et poings liés à chaque pied par des cordes en chanvre râpeuses. Il se trouvait dans ce qui, à l'odeur, semblait être une cave. Dans un premier temps prit d'une impulsion de panique il tenta d'inspirer profondément puis hurler, mais aucun son ne sortit. Il devait se détendre pour parvenir à parler, ce qui dans sa situation allait être impossible. Il resta ainsi dans le noir, à attendre lamentablement en s'inquiétant plus pour ses sœurs que pour le sort qu'on lui réservait. Il ne put juger combien de temps il passa ainsi dans le noir, suffisamment pour que l'unique et vieille ampoule de la pièce l'aveugle quand elle s'alluma enfin.
Lorsque les petites étoiles dans ses yeux se dissipèrent il distingua les personnes qui l'entouraient, plus ou moins car leur visages étaient tous partiellement masqués. Il pouvait néanmoins dire qu'il y avait là trois hommes et une femme. "Tu vas regretter le ventre de ta ch*enne de mère espèce de malade." Lança alors l'un d'eux. Intérieurement, il se dit qu'il passerait un très sale quart d'heure avant de finir à l'hôpital… Et puis le "quart d'heure" s'éternisa.

Chaque jour Jeren subissait des déchainements de violence barbares, des traitements toujours plus monstrueux et inventifs. Coupures, perforations, acides, huile bouillante… Ils étaient parfois juste deux, parfois plus et il était leur défouloir pour un crime qu'il n'avait jamais commis. A chaque fois il hurlait en silence sous la douleur et ses yeux les dévisageaient tous en conséquence des traitements qu'on lui infligeait. Les seuls mots qu'il arrivait à prononcer n'étaient que des insultes et cela n'arrangeait jamais son cas, mais il ne pouvait passivement se laisser faire face à de tels animaux. Lorsqu'il était seul il tentait toujours de défaire ses liens, quitte à y perdre ses membres, plus les jours passaient, plus il comprenait qu'il ne s'en sortirait jamais en vie.
Des fois on lui faisait avaler des choses en guise de nourriture, il peut témoigner avoir mangé des croquettes pour chien, des légumes et fruits pourris, des insectes ou bien du verre pilé. Pour ce qui était d'aller aux toilettes… il vaut certainement mieux ne pas en parler. Tout comme il vaut mieux ne pas mentionner le traitement inexistant de ses blessures. La souffrance était constante, à force, recevoir des coups, se faire torturer alors qu'il souffrait déjà ne lui faisait presque plus rien.
Au bout de cinq jours il semblait qu'on s'était lassé de lui, il ne réagissait plus, avait puisé sur ses réserves et ne faisait que s'évanouir à intervalle régulier lorsqu'il ne dormait pas. Le reste du temps, quand il était éveillé, il pleurait en bruissant les noms de ses proches, en appelant à l'aide. A la fin, il n'était même plus lucide lors de ses  derniers instants de conscience, se demandant : Où était-il et pour qu'elle raison ? D'où provenait ce lancinement fumant partout sur son corps ? Pourquoi faisait-il si froid ? Qui était Jeren ? …

Enfin il se sentit apaisé, pour la première fois depuis de nombreuses années lorsque toute sensation le quitta. Les ténèbres, tout comme l'épais brouillard dans son esprit furent avalés par la lumière. Non. Cela ne pouvait être vrai ? Il ne pouvait être mort ainsi, il n'avait pas suffisamment lutté, il devait se réveiller au plus vite. Il devait rentrer chez lui, il devait encore veiller sur son frère et ses sœurs, il devait réconforter sa mère. Ils avaient besoin de lui là bas… Et son corps ? Qu'allait-il advenir de sa dépouille ?!


Partie II :
« Bienvenue dans les mondes d'Uxynael. Un univers inconnu de toutes les âmes mortelles, invisible aux yeux des curieux, impénétrable pour les êtres normaux. Votre mort ne devait pas arriver, mais cet avancement vous a permis de révéler votre vraie nature. Vous n'avez jamais été comme les autres, dites le vous. Si notre monde vous a ouvert ses portes, c'est que vous avez un potentiel à explorer, un don unique dont vous ne connaissez même pas l'existence. Aujourd'hui, une nouvelle vie s'ouvre à vous. »

Lorsque ses sens lui revinrent, le premier réflexe de Jeren fut de s'agripper fermement à ses draps. Comme si il recouvrait son matelas après une impression de chute. Il ouvrit subitement les yeux, haletant,  il posa une main sur sa poitrine pour sentir à nouveau la sensation de son cœur avant de se mettre à pleurer. Tout ce qu'il comprenait c'est qu'il s'en était sortit à nouveau, qu'il rentrerait chez lui…
Il y avait une femme avec lui dans sa chambre, non pas qu'il ne l'avait pas remarquée, mais après ce qu'il avait vécu il avait vraiment besoin d'un petit moment. Puis après quelques minutes elle lui désigna la porte qui donnait sur une salle de bain. Il était curieux qu'on lui demande aussi tôt de quitter tout seul son lit. D'ailleurs il ne s'était pas tout de suite rendu compte, mais il n'était pas dans l'hôpital de Wroclaw. L'odeur, la couleur des chambres, la tenue de l'infirmière … Le lit était normal aussi, sans équipements.
En se levant, et il sa demanda comment cela était possible, Jeren remarqua l'état de son corps. Des cicatrices, il y en avait tellement qu'il en porta une main à sa bouche. Il priait pour que sa mère ne l'ait pas vu avec ses plaies béantes et infectées. Maintenant tout s'était refermé… Combien de temps était-il resté inconscient ?... Penaud, il se rendit dans la pièce qu'on lui avait indiquée et se retrouva face à un jeune homme dans un miroir, un individu qui ne lui ressemblait en rien, mais qui portait exactement les mêmes cicatrices que lui. En état de choc, il s'était plaqué contre la porte, inspectait son enveloppe charnelle plus grande, plus musclée. Ses cheveux, châtains et longs au lieu d'être blonds et courts. Son visage, allongé au lieu d'être rond. La présence de ces balafres indiquait pourtant qu'il était "lui". Se tenant aux toilettes en face de lui il se remit debout et tourna le dos au miroir, son tatouage dans sa nuque, il était toujours là lui aussi. Complètement désabusé, il se laissa choir dans le fond de la douche et ouvrit l'eau.


Quand il revint dans la chambre, son regard était devenu complètement vague et "l'infirmière" lui adressa finalement la parole sans jamais ouvrir la bouche. Il était bel et bien mort, et on voulait de lui qu'il commence une nouvelle vie dans ce monde, Uxynael. Si sur Terre il était exclu pour son Aphasie, en quoi ce monde sera-t-il meilleur ?... Avant d'être conduis dehors Jeren montra les cicatrices sur ses poignets à la femme qui s'était depuis occupé de lui, et même si il n'avait rien dit, elle l'avait compris et lui banda les avant-bras.

Ceci fait on le lâcha en Ordalie, en pleine nature, et ce n'était pas si différent de sa "jungle urbaine" à lui. Les premiers jours, la météo ne fut pas très clémente, il avait quitté la Pologne en Hiver, là ça ressemblait plus à l'Automne avec toute cette pluie et l'humidité ambiante. Néanmoins il trouvait beaucoup de champignons, ne consommant que ceux auxquels les animaux portaient de l'intérêt. Ce n'était pas très nourrissant mais cela lui suffit le temps qu'il trouve l'été.
Les jours défilaient sans qu'il ne s'en rende compte, l'instinct de survie était encore plus fort que son désir de trouver le repos. Les siens lui manquaient trop et il ne voulait pas abandonner pour eux, il caressait encore l'espoir de les revoir un jour. Il n'avait pas non plus oublié ce qu'on attendait de lui ici bas : "Trouver un compagnon". N'ayant croisé que des créatures plus ou moins étranges, au final il réalisait que l'ami en question serait l'une d'entre elles et non un autre humain.


En été la vie fut bien plus simple par la suite, ça parait étrange mais la nourriture ne manquait pas. On pouvait trouver des fruits, des œufs dans les nids, il y avait beaucoup de petites proies. C'est en chassant l'une d'entre elles que Jeren commença à découvrir son don. Depuis qu'il avait changé de saison il avait commencé par avoir les sens plus alertes, à sentir le sol vibrer lorsqu'une créature était dans les parages, ses réflexes étaient meilleurs aussi. Le jour où il parvint à capturer un écureuil il s'étonna de ne pas le tenir dans ses mains mais dans ses serres. Cela se produisait de plus en plus souvent à chaque fois qu'il avait une proie à portée, ses bras se couvraient d'écailles grises et ses ongles se changeaient en griffes courbées d'une dizaine de centimètres. Parfois les changements étaient plus importants, ce qui le faisait penser qu'il allait devenir tôt ou tard devenir l'une des créatures vivant en Ordalie… Dans le fond, il n'avait jamais trop su si de son vivant il était un humain vivant parmi les animaux, ou un animal parmi les humains. Dans sa mort, il avait été traité comme un monstre, mais par des êtres qui l'étaient encore plus que lui.

Un de ces soirs où il avait pu se préparer une brochette de serpent, curieusement c'était devenu son "plat" favoris. Et pendant qu'il était en train grignoter la chair bien cuite, une créature qu'il avait entendu s'approcher sortit de l'obscurité, probablement attirée par l'odeur de nourriture et la lueur du feu. Une espèce de ballon de foot avec des ailes et une tête de lézard, court sur pattes. Il se planta devant lui, ouvrant en grand une gueule munie de tous petits crocs. Jeren resta à le fixer un petit moment en mâchant, il ne savait trop quoi faire, c'était la première fois qu'un animal d'Ordalie venait spontanément vers lui. Il arracha un bout de viande avec les dents et le prit entre deux doigts pour le tendre avec hésitation au reptile. Ce dernier bondit alors d'un coup, happant le bras de l'humain à l'intérieur de sa gueule jusqu'à son coude. Quelques secondes furent nécessaires au jeune homme pour réaliser que son membre n'aurait à ce point pu entrer dans la petite créature. Il sauta sur ses jambes, agitant le bras avec affolement et réussit à extirper sa main en le saisissant avec l'autre. Le jetant au sol il le fit décoller plusieurs mètres plus loin d'un coup de pied. Tremblantes, ses jambes le lâchèrent alors et il s'étonna d'avoir pu récupérer son bras intact. Ressortant de nulle part le petit crapaud ailé lui tomba sur les genoux et lui fit une espèce de sourire flippant en sortant sa langue de sa gueule. S'enfonçant contre le tronc dans son dos, Jeren s'apprêtait à le repousser de lui quand le minuscule monstre se blotti contre lui pour s'endormir aussitôt. Pas encore remit de sa tétanie le garçon ne comprit pas sa réaction, qui fut de poser instinctivement la main sur son dos au lieu de frapper à nouveau dedans.

Le lendemain matin et alors qu'il n'avait même pas fini de faire plus amples connaissance avec Wyrd, on était déjà venu pour lui. Attendant qu'il décide de ce qu'il voulait faire de cette vie. Son choix, il l'avait déjà fait et il l'écrivit dans la terre avec son index. "Confrérie Blanche."





Mon surnom fréquent est Lau, j'ai 22 ans et je suis disponible tous les jours. J'ai connu le forum après 3 jours de recherches de partenaires en partenaires et j'apprécie le contexte. J'aimerai ajouter que j'ai pleuré en écrivant le Background… . Le code est "I know that".


© Halloween de Never Utopia



Dernière édition par Jeren Rezno le Dim 27 Juil - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zugartdose.tumblr.com/
Nom(s) : Solhys
Prénom(s) : Haxiel
Âge : 2 ans, le 02/02
Sexualité : Homo

Capacité spéciale : Humanisation
Don : Ordinateur ambulant
Arme(s) : Aucune

Lieu de vie : Skynael
Profession : Scribe

Nom du compagnon : Kirara
Race du compagnon : Chat démoniaque
Don du compagnon : A VOIR
Date d'inscription : 13/02/2014
Messages : 223
© Copyrights : Fuuchouin Kazuki
Graphiste : Kay
Sexe : Féminin
Age : 22

MessageSujet: Re: Jeren Rezno - Animal parmi les humains   Sam 26 Juil - 21:35


√alidation

Les Mondes d'Uxynael ont le plaisir de vous accueillir sur leurs terres et la fondatrice vous remercie pour votre inscription.

Suite à une lecture attentive de votre fiche, Monsieur Rezno, je vais vous faire un petit commentaire sur ce que j'ai pensé du personnage.

Un personnage qui joue sur le positif et le négatif. Il est gentil, serviable mais en contrepartie, il est du genre sauvage et c'est sa capacité spécial qui le contraint à s'écarter des autres. Un personnage muet, en plus, va être difficile à jouer, sauf si vous en avez l'habitude. L'histoire est touchante et on a juste envie de dire "le pauvre". Il tente d'aider quelqu'un pour au final se faire traiter comme un meurtrier et se faire rabaisser. Une trame profonde même si peut-être, il en a trop vécu.

L'écriture est bonne, on arrive à lire car c'est fluide mais les fautes sont présentes. Il va vous falloir plus de relecture je pense, même si, en soi, ce n'est pas si dramatique. C'est tout de même plus agréable de lire des pavés sans fautes.

Sans plus tarder, je vous annonce officiellement que vous êtes validé. (Pardon pour le terrible retard.)

Je vous ouvre dés à présent les portes sur tout le contenu des Mondes d'Uxynael.

★ Vous pouvez d'ores et déjà demander un logement. N'oubliez pas de nous fournir une image et une description afin que votre propre section soit ouverte dans votre lieu de vie. Dans le même sujet, vous pouvez également proposer plusieurs autres lieux pour agrandir le forum (nous en aurions sérieusement besoin).

★ Vous devez remplir votre profil avec toutes les informations demandées. Et n'omettez pas de renseigner les copyrights de votre personnage ainsi que le graphiste qui vous a fait votre avatar.

★ Vous avez l'autorisation de faire une demande de RP et l'obligation de vous créer une fiche de RP dans la bonne section. Ce n'est qu'une question de praticité pour nous, afin de juger si vous êtes actif ou non. Rien de bien méchant, voyez-vous ?

★ Nous souhaitons que vous pensiez à voter régulièrement pour les Mondes d'Uxynael afin que l'on monte dans les grilles de classement. C'est une façon simple de nous faire connaître et vous n'avez qu'à cliquer sur les liens, qui sont situés dans un cadre de la page d'accueil.

★ Si vous avez un forum, n'hésitez pas à proposer un partenariat entre nos deux sites. Nous serions très heureux de faire de la publicité pour vous, mais cela nous donnerait également un coup de pouce.

★ La section flood et le coin des talents cachés vous sont également ouverts, alors n'hésitez pas à participer à la vie du forum et à ouvrir des sujets.

Vous êtes maintenant apte à partir voyager. Déployez vos ailes et prenez votre envol !


I can ask you all what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uxynael-mondes.forumactif.org
Nom(s) : Rezno Aixeta
Prénom(s) : Jeren
Âge : 22 ans, le 22/01
Sexualité : L'humain avant l'aspect

Capacité spéciale : Empathie
Don : Métamorphe Griffon
Arme(s) : Hallebarde

Profession : Apprentis de la Confrérie Blanche

Nom du compagnon : Wyrd
Race du compagnon : Chiro-gobelin
Don du compagnon : Estomac dimensionnel
Date d'inscription : 07/07/2014
Messages : 22
© Copyrights : Moi-même
Graphiste : Idem
Sexe : Féminin
Age : 25

MessageSujet: Re: Jeren Rezno - Animal parmi les humains   Dim 27 Juil - 9:39

Merci Haxiel !
Vu que tu as mentionné avoir trouvé des fautes, je me suis encore relue et... Oh mon Dieu ce que j'ai vu, la honte d'avoir manqué certaines.
J'aimerai quand même te poser encore une question sur le lieu de vie à l'occasion sur la chatbox si on se croise ;3.

PS : Tu as oublié de valider le code.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://zugartdose.tumblr.com/
Nom(s) : Solhys
Prénom(s) : Haxiel
Âge : 2 ans, le 02/02
Sexualité : Homo

Capacité spéciale : Humanisation
Don : Ordinateur ambulant
Arme(s) : Aucune

Lieu de vie : Skynael
Profession : Scribe

Nom du compagnon : Kirara
Race du compagnon : Chat démoniaque
Don du compagnon : A VOIR
Date d'inscription : 13/02/2014
Messages : 223
© Copyrights : Fuuchouin Kazuki
Graphiste : Kay
Sexe : Féminin
Age : 22

MessageSujet: Re: Jeren Rezno - Animal parmi les humains   Dim 27 Juil - 18:26

Je sais, j'ai juste lu, je n'ai rien recensé et tout, j'avais la flemme /PAN/

Envoies moi un MP quand tu es sur la CB !


I can ask you all what I want

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://uxynael-mondes.forumactif.org
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Jeren Rezno - Animal parmi les humains   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jeren Rezno - Animal parmi les humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Animal Crossing, un jeu "pour les filles" ?
» L'animal le plus dangereux au monde...
» Rumeurs : morts inexpliquées dans les royaumes humains.
» Baku Baku Animal (Sega STV - Sega TItan Vidéo System)
» The Ethical Aspects of Animal Cloning for Food Supply

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Personnage :: Présentations-